4500 km et un million d’histoires entre eux!

Heather Mcphail, organisatrice de groupe, et ses élèves de l’école secondaire Central Peel située à Brampton, en Ontario, ont visité la réserve autochtone de Hay River, dans les Territoires du Nord-Ouest! Seize élèves de diverses origines culturelles de la 10e à la 12e année ont été choisis pour voyager avec trois personnes les accompagnant. Voici son récit :

Depuis que j’ai appris l’existence du programme d’échanges d’Expériences Canada, nous avons eu une année très chargée. J’ai cliqué sur le bouton de demande de participation en me disant : « Eh bien, ça a l’air amusant! »

Nous avons donné le coup d’envoi en novembre en organisant une assemblée à l’échelle de l’école. Nous avons invité des conférenciers pour discuter des appels à l’action dans le cadre de l’initiative Vérité et réconciliation, dont Henriette Thompson, directrice du comité Témoin public pour la justice sociale et écologique à l’Église anglicane du Canada et participante à la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

L’assemblée a été suivie de l’exercice des couvertures de KAIROS – un outil d’enseignement visant à faire connaître les relations historiques et contemporaines entre les peuples autochtones et non autochtones du Canada. Certains élèves ont fait des commentaires percutants au cours de la cérémonie de réflexion. « Tout ce que je peux dire, c’est que je suis déçu. Déçu du Canada. Je n’arrive pas à croire ce que le Canada a fait non seulement à son propre peuple, mais aussi à ceux qu’il a accueillis », a affirmé Michael Sarafyn. « C’est un honneur de participer à cette prise de conscience… J’espère que plus de gens prendront le temps d’apprendre l’histoire autochtone, afin qu’elle ne se répète pas », a déclaré Maeva. « Je suis moi-même immigrante, je viens du Cameroun, mais j’ai une vie meilleure que les vrais peuples autochtones du Canada. »

Nous avons décidé de nos dates d’échange – du 26 février au 7 mars 2018 – pour que les citadins de Brampton que nous sommes puissent vivre un véritable hiver canadien! Nous avons eu de la chance avec le temps. Il y a eu une vague de froid, -40⁰ C dans les T.N.-O., la semaine précédant notre départ. Mais lorsque nous y étions, il faisait habituellement ‑15⁰ C à -25⁰ C.

Avant notre échange, certains de nos élèves et la bibliothécaire de l’école ont organisé une collecte de livres et nous en avons transporté environ trois chacun.

Comme dans les petits aéroports que l’on voit dans les Caraïbes, nous avons dû traverser le tarmac à pied jusqu’à l’aéroport. C’était une première pour moi au Canada.

Nous avons passé la journée à Yellowknife à visiter le musée et à nous promener. Et à apprendre à fabriquer des outils en silex.

Après un vol de 45 minutes au-dessus du Grand lac des Esclaves jusqu’à Hay River, nous avons été accueillis par Nathalie et quelques élèves à l’aéroport. Ils nous ont rapidement conduits à leur école où nous attendaient un ragoût de caribou et de la bannique.

La réserve de K’atl’odeeche, dans les T.N.-O., compte environ 3000 personnes et leur école, Chief Sunrise, est fréquentée par environ 40 élèves de la maternelle à la 12e année. L’école secondaire Central Peel comprend environ 1200 élèves.

Pendant les sept jours que nous avons passés dans les T.N.-O., nous avons dormi et mangé à l’école de la réserve – tous les 40 ensemble! C’était une excellente occasion pour les jeunes de créer des liens.

Nous avons vécu sept jours d’aventure en plein air : traîneau à chiens, motoneige, pêche sur la glace, raquette et camp de trappeurs (incluant une nuit au camp, pour apprendre à vivre de la terre). Nous aurions vu des aurores boréales s’il n’y avait pas eu de pleine lune.

Des jours heureux pour les élèves. De nouvelles amitiés. Beaucoup de rires et de larmes au moment de notre départ.

Le 21 mai 2018, l’école secondaire Central Peel a accueilli 12 élèves et 3 accompagnateurs de Hay River (T.N.‑O.) pour la deuxième moitié de leur échange.